Le marché du funéraire de plus en plus connecté

Astata

Comme de nombreux secteurs qui peuvent générer des activités commerciales, le marché funéraire est aujourd’hui de plus en plus connecté. Et depuis que la loi Sueur de 1993 a libéralisé le secteur, les entreprises de pompes funèbres peuvent dorénavant communiquer directement auprès du grand public. Les initiatives augmentent de jour en jour et les offres qui tendent à alléger les formalités liées au décès d’un proche sont de plus en plus abouties.

Un marché particulier

Si la mort demeure un sujet tabou en France, il n’en reste pas moins que le marché funéraire ne connaît pas la crise que de nombreux secteurs connaissent. En France, l’Insee a dénombré 614.000 morts en 2018. Ce marché particulier a aujourd’hui évolué et il profite aussi des nouvelles technologies. En effet, le digital et le marché funéraire sont devenus forcément compatibles, car créer une entreprise sans tenir compte de la problématique de sa stratégie web est désormais inconcevable. L’enjeu est de taille pour les entreprises de pompes funèbres, car avec un secteur qui pèse plus de 2,5 milliards d’euros, il ne s’agit pas de faire face à une forte concurrence.

Des services funéraires de plus en plus virtuels

Les enseignes dans ce secteur ont alors tout intérêt à gérer de nouvelles tâches telles que générer des services en ligne capables de proposer des devis en ligne aux familles, ou encore commander le cercueil en ligne… En outre, les sites marchands qui proposent des articles funéraires aux familles fleurissent également sur le net. L’on y trouve aisément des modèles de sépulture, des modèles de monuments funéraires et autres articles qui vont avec comme les inscriptions sur les pierres tombales et même, des blogs qui proposent un accompagnement et des conseils aux proches du défunt.

Aujourd’hui, l’on peut même participer à un recueillement dans un cimetière virtuel ! Il s’agit d’une sépulture connectée qui est dotée d’un code QR ou Quick Response qui permet aux proches d’accéder via une application téléchargée sur smartphone, à des photos, des textes… relatifs à la vie de la personne disparue. Cette tendance a été introduite en France il y a peu, mais la pratique fait déjà fureur outre-Atlantique.

De nombreuses startups au concept innovant

Conscientes du potentiel offert par le marché du funéraire, de nombreuses startups ne cessent de présenter des concepts innovants. Ces entreprises comptent bien « révolutionner » les obsèques. Le système du « e-faire-part » est alors conçu pour diffuser la nouvelle du décès d’un parent ou encore d’allumer une bougie virtuelle en la mémoire du défunt. Ces outils sont très efficaces comme alternatives aux petites annonces nécrologiques dans le journal, notamment pour les familles éparpillées aux quatre coins de la France. Il y a aussi la possibilité de rédiger son testament en ligne qui sera transféré dans un coffre-fort numérique, lequel ne pourra être déverrouillé qu’à la mort de la personne concernée.

Les internautes peuvent aussi commander des articles funéraires et personnaliser ses monuments funéraires directement en ligne avec la startup www.france-tombale.fr.

Pourquoi se concentrer sur le marché en ligne ?

Il est clair qu’aujourd’hui, prospérer dans le secteur des offres et des services doit passer de façon incontournable par le net. Il en est de même pour le marché du funéraire également. En effet, le digital prend désormais ses marques dans le secteur funéraire. Tout est possible dans le domaine du web, le tout sera de trouver la stratégie porteuse qu’il faudra développer. Le marché est encore accessible, ce domaine d’activité étant encore quelque peu en retard certainement à cause de son caractère qui évolue autour de la mort. Cependant, il faut savoir que les habitudes commencent à changer lentement mais sûrement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *