Les nouvelles technologies, créatrices ou destructrices d’emplois ?

Astata

A l’époque d’une grande révolution technologique qui voit le numérique et la robotique prendre de plus en plus de place dans la société, les tâches confiées à l’être humain deviennent de plus en plus simples. De nouveaux domaines se créent pour faciliter d’avantage la vie des hommes. Mais à cause de cette simplicité, il devient inquiétant de penser si ces progrès technologiques ne finiront pas par rayer complètement les emplois des hommes.

De nouveaux secteurs de travail

Les nouvelles technologies ouvrent de nouvelles perspectives pour créer du travail. Les nouveaux emplois créés peuvent concerner directement le développement et l’entretien de nouvelles appareils. Par exemple, beaucoup d’emplois consistent actuellement à concevoir de nouvelles puces électroniques toujours plus puissantes. D’autres concernent l’entretien de machines robotisées entièrement électriques. Tous ces emplois n’existaient pas encore au début ou au milieu du XXe siècle, et maintenant ils sont parmi les mieux rémunérés.

D’autres emplois n’étant pas directement liés à ces nouvelles technologies voient également le jour. En effet, pour produire de nouveaux produits, il n’y a pas que des techniciens. Les approches pour vendre une nouvelle gamme de produits high-tech ne seront pas forcément les mêmes que pour des produits sortis aux années 1960. De nouvelles spécialisations sont nécessaires, ce qui offre une multitude de nouveaux emplois.

Les anciens emplois en voie de disparition

L’arrivée de nouvelles technologies ne fait pas que du bien. Comme ce fut le cas lors de la révolution industrielle du XIXe siècle, beaucoup de tâches précédemment attribuées aux hommes se voient confiées aux nouvelles machines. Et il est évident qu’une poignée de machines peuvent remplacer, en termes de production, jusqu’à des centaines voire des milliers de travailleurs. Beaucoup d’emplois sont alors menacés s’ils ne sont pas déjà détruits.

Cela entraine alors une révolte aux sein des employés qui ne veulent pas se voir remplacés par des machines. Les arguments qu’ils avancent sont basés sur le fait qu’au lieu de profiter à toute une société, la production des entreprises ne seront bénéfiques qu’à quelques entrepreneurs.

Une progression beaucoup trop rapide

Selon les analyses effectuées, il y a un problème d’équilibre entre les progrès technologiques et l’évolution sociale. Les recherches dans les domaines des nouvelles technologies avancent à grand pas. Or beaucoup de ces domaines ne disposent pas encore de spécialistes, ou même de formations appropriées. Il existe alors un énorme fossé entre les nouveaux emplois qui vont naître et les personnes qui doivent les pratiquer.

Pour conclure, les nouvelles technologies sont à la fois créatrices et destructrices d’emploi. Elles en créent grâce aux nouveaux secteurs d’activités qu’elles engendrent. Mais beaucoup d’anciens emplois sont également menacés car les missions correspondantes se voient confiées à des machines. Le plus grand problème est donc la différence de temps entre la destruction des anciens emplois et l’apparition des nouvelles. Le mieux est donc de se projeter sur le long terme. En effet, dans un futur plus ou moins proche, le nombre d’emplois qu’auront engendré les nouvelles technologies seront omniprésentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *